samedi 30 janvier 2010

Les "Créateurs démoniaques" se déchainent à Clermont!

Trois petites vidéos humoristiques dans la veine de l'auwwwergne... C'est surtout l'accent de l'agent immobilier de la 3e vidéo qui m'a bien fait rire... un petit air d'Auvergne, ça fait toujours du bien!!!




Episode 1 - Le pôle emploi
par nosferatu2clermont






Episode 2 - Chez le dentiste
par nosferatu2clermont






Episode 3 - L'agent immobilier
par nosferatu2clermont




Episode 4 - L'agence matrimoniale
par nosferatu2clermont

Vous en voulaez plus? Allez à l'Electric Palace du 29 janvier au 6 février....

jeudi 28 janvier 2010

Vulcania sous la neige

Voici trois photos extraites du magnifique diaporama fait par FH disponible sur le site de Cyberbougnat



Merci pour ces sublimes photos! Voici une raison de plus qui explique pourquoi je veux vivre en Auvergne!
Le site de Vulcania s'ouvrira ses portes au public le 24 mars 2010.

mardi 26 janvier 2010

Pierre Mendès France, le téléfilm

Info apprise grâce à la newsletter de Cyberbougnat:

Je cite l'article :

"Un téléfilm sur Pierre Mendès-France bientôt tourné à Clermont-Ferrand
Bruno Solo incarnera prochainement l’homme politique socialiste Pierre Mendès France dans le téléfilm intitulé Le pire des crimes. Le tournage débutera à Clermont-Ferrand en mars et permet de se rappeler d’un fait de l’histoire de notre ville.

Le choix de Clermont-Ferrand pour débuter le tournage n’est en effet pas anecdotique car l’histoire se concentre sur un fait historique qui s’est déroulé dans notre ville. Pierre Mendès-France a en effet été jugé par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand pour désertion.

Député à la déclaration de la seconde guerre mondiale, Pierre Mendès-France avait été mobilisé comme officier au Moyen-Orient. Au moment de la déroute qui a obligé le gouvernement à se réfugier à Bordeaux, il est de ceux qui veulent poursuivre la guerre à partir de l’Afrique du Nord. Il embarque ainsi à bord du Massilia avec un certain nombre de députés et d’hommes politiques. Le Massilia appareille le 21 juin 1940, soit quatre jours après la formation du Gouvernement Pétain. Mais à leur arrivée, les passagers sont consignés dans un grand hôtel de Casablanca par le Résident général Noguès.

Certains officiers, dont Pierre Mendès-France et Jean Zay, ont alors été arrêtés puis rapatriés en métropole et traduits devant le Tribunal militaire de Clermont-Ferrand pour « désertion devant l’ennemi ». D’autres ont été accusés d’être responsables de la défaite et jugés au cours du Procès de Riom.

Pierre Mendès-France a ainsi été jugé le 9 mai 1941 et condamné à six ans de prison, perte de son grade et à la privation des droits civils, civiques et familiaux pour dix ans. Un procès dans lequel il est condamné d’avance et n’est pas en meure de se défendre.

Incarcéré par le régime de Vichy il ne songe plus qu’à s’évader après le rejet de son pourvoi en cassation. Transféré depuis le 13 mai pour insuffisance hépatique, à La Providence, annexe de l’hôpital militaire de Clermont-Ferrand transformée en hôpital-prison, il s’échappe le 21 juin 1941 par la fenêtre, dont il a scié les barreaux, donnant sur l’avenue Albert et Elisabeth. Il prend le train et parviendra après plusieurs mois de traque à travers la France, à rejoindre le général de Gaulle à Londres, en février 1942.

C’est Le Parisien qui a révélé ce matin le choix de Bruno Solo pour incarner l’ancien président du Conseil (en poste de juin 1954 à février 1955). Cette fiction réalisée par Laurent Heynemann à qui l’on doit notamment Un homme d’honneur sur le destin de Pierre Bérégovoy, reviendra sur le parcours de cette figure de la gauche française dans les années 40. Elle sera diffusée sur France 2."


Pour les fidèles du blog, vous vous souvenez peut être de mon article du 2 décembre 2008 où justement je vous présentais la photo de l'endroit d'où s'est évadé Pierre Mendès France:
C'est à quelques pas de la Gare de Clermont, n'hésitez pas à y jeter un oeil.

dimanche 24 janvier 2010

vendredi 22 janvier 2010

Latrines gallo-romaines

Mardi dernier, j'écoute Europe1 et entends un reportage de Stéphane Bargouin sur les travaux de Carré Jaude 2 retardés par des latrines romaines...

Donc, je fais quelques recherches et je trouve l'article de Cyberbougnat à ce propos que je vous cite :

" Le chantier du futur Carré Jaude 2 va encore prendre du retard. Un nouveau rebondissement qui est du encore une fois aux fouilles. La DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) a effet notifié à la Ville sa volonté de poursuivre les fouilles pour une quarantaine de jours supplémentaires et un coût de 530.000 euros supplémentaires. Voilà qui porte le coût total des fouilles à près de 2 millions d’euros alors que le devis initial des fouilles sur l’ensemble du chantier était initialement de 200.000 euros.

Mais quelle est donc la découverte si importante alors que toute l’année 2009 a été consacrée aux fouilles ? Non ce n’est pas un autre pied mais des latrines gallo-romaines. Les archéologues veulent ainsi fouiller sous l’avenue Bonnabaud pour étudier l’autre partie de ces lieux d’aisance avant que les grues géantes du chantier ne risque de les écraser. Certains se demandent toutefois si la découverte en vaut la chandelle !

Outre le prix à payer, cela retarde aussi d’autant la vente du terrain et donc bien entendu le début de ce qui devrait être le plus grand chantier commercial de France. Dominique Adenot, adjoint à l’urbanisme à la Mairie de Clermont-Ferrand, en appelle maintenant au préfet, Patrick Stefanini, pour que l’intérêt économique prime et que le chantier puisse démarrer.

D’autres chantiers bloqués
Tout cela pourrait nous faire rire mais pose tout de même question. Mis à part ces sanitaires, les archéologues n’ont rien trouvé d’autre que la structure d’une ancienne halle de marché, déjà repérée lors de la construction d’immeubles voisins. Ce maigre bilan maigre vaut-il la peine qu’on s’acharne dessus ou espère-t-on vraiment trouver des choses plus intéressantes ? Surtout que dans le même temps on empêche des universitaires de fouiller.

Ainsi, cet été refusait-on à Matthieu Poux de poursuivre les fouilles de Corent, lieu autrement plus important pour la recherche sur les Arvernes et qui a déjà suscité l’attention des publications et médias européens. On a aussi refusé à l’équipe de l’universitaire rennais Dominique Alios de fouiller à Murol. Tant qu’à fouiller à Jaude pourquoi ne pas laisser fouiller ailleurs ?

L’Inrap (Institut national de recherches archéologiques) s’était aussi montré moins bavard sur les résultats pourtant semble-t-il prometteur des fouilles de Trémonteix où l’on a découvert des sépultures de l’âge du bronze, et de nombreux autres vestiges annoncés comme bien plus intéressants que ceux de Jaude..."

Maintenant, je vous donne mon avis : même si cela coûte de l'argent, je trouve que les archéologues et universitaires n'ont jamais assez de temps pour faire leur travail! L'Histoire me paraît bien plus importante que quelques mois de retad pour construire un cnetre commercial!

Cela me rappelle le jour où je suis tombée sur les fouilles des tombes mérovingiennes au pied de la Cathédrale...c'était en pleine rue et je vois encore les archéologues avec les crânes à la main...J'avais échangé quelques mots avec eux, je n'oublirais jamais ce moment de partage!

mercredi 20 janvier 2010

Neige dans Clermont

Voici deux photos prises par des amis à Clermont-Ferrand. Voici leur jardin le 10 janvier! Et quand je pense que certains lecteurs clermontois râlaient de ne pas avoir de neige... Eh bien, vous avez été servis!!!!

Merci à mes photographes! Bisous à eux...

Juste pour info: la ville de Clermont avait fait fermé ses parcs et jardins publics le week-end des 9 et 10 janvier: (le parc Montjuzet, Jardin Lecoq, Square Amadéo, Square Michel de l’hospital )... Bin dis donc... j'ai jamais vu ça moi à Clermont... Amis Clermontois, cela est arrivé souvent???

lundi 18 janvier 2010

Où j'ai vécu loin de l'Auvergne #1

On pourrait dire qu'il s'agit pour moi de la maison natale: 6 bis rue des vergers à Walheim dans le Haut-Rhin... la fenêtre que vous voyez était la fenêtre de ma chambre...

J'y ai vécu 11 ans de 1978 à 1989...je vous épargne les photos d'époque qui ne sont pas extra... à cette époque les pavés et le muret n'existaient pas...La maison était blanc cassé et non parme...Il y avait un bassin à poisson juste là, devant la maison...

Un grand merci à mon amie Caro pour la photo prise pendant les fêtes de fin d'année...

samedi 16 janvier 2010

Bib de nos jours

Pendant les vacances, nous avons fait un petit tour en Angleterre, et voici ce que j'ai vu dans uns station, sur le chemin pour Calais...

J'aime bien ces pubs avenantes...
Alors, Ludovic, tu les connaissais???

jeudi 14 janvier 2010

Si seulement...

©www.dangerecole.blogspot.com
Merci à Jack pour son dessin super sympa qui nous était proposé de compléter... J'adore!!!!

mardi 12 janvier 2010

Voeux 2010 du Conseil régional d'Auvergne


Peut être un peu moins poétique que l'année dernière mais de très belles images aériennes!
Cliquer sur l'image pour voir les voeux en intégralité.

dimanche 10 janvier 2010

Tout est bon dans le cochon!!!

Cette affiche, qui m'a été envoyée par Joséphine, m'a beaucoup plu... J'ai cherché des infos sur le net sur cette marque, mais je n'ai rien trouvé... Si vous avez des infos, je suis preneuse!!!

En tout cas, vive le saucisson d'Auvergne!!!

vendredi 8 janvier 2010

St Nectaire

Voici une photo magnifique prise une fois de plus par Steph... Voilà l'Auvergne que j'aime avec ses couleurs délicates et pures...

Petit coup de coeur particulier pour cette photo montrant un calvaire: la région connaît un attachement tout particulier pour les calvaires. Par exemple, en Creuse, dans le village de mes parents, il y a un calvaire dans pratiquement chaque hameau à un croisement et une famille du hameau est en charge de l'entretien du calvaire....Un ami en Maîtrise FLE pensait même faire son mémoire d'anthropologie sur les calvaires auvergnats....C'est pour dire leur importance!!!!

Quand vous irez en Auvergne vous ne les regarderez plus de la même manière, j'en suis sûre!

mercredi 6 janvier 2010

lundi 4 janvier 2010

L'annonce

Présentation de l'éditeur
« Eric savait par cœur certaines annonces choisies, Célibataire quarante-quatre ans un mètre soixante-sept soixante-neuf kilos sans enfants chauffeur agriculteur cherche jeune femme aimant campagne voulant fonder un foyer heureux désirant enfants ; ou encore, Cherche compagne cinquante soixante-deux ans féminine (bien bustée) sans attaches pour vie alternée Paris campagne. Paul, quarante-six ans, paysan à Fridières, Cantal, ne veut pas finir seul. Annette, trente-sept ans, vit à Bailleul dans le Nord avec son fils. Elle n'a jamais eu de vrai métier. Elle a aimé Didier, le père d'Eric, mais ça n'a servi à rien. Elle doit s'en aller. Recommencer ailleurs. Elle répond à l'annonce que Paul a passée.
Ce nouveau roman de Marie-Hélène Lafon raconte leur rencontre et leur histoire. C'est une histoire d'amour. »

Alors voici un roman qui m’a beaucoup dérangée… Aussi bien le fond que la forme…
En fait, j’ai acheté ce livre car j’avais entendu une belle critique de ce livre, disant « Ne serait-ce que pour les descriptions des paysages du Cantal au petit matin, il faut lire ce livre… ». J’avais presque fini mon Jean Anglade, je me suis dit « Banco !».

Le roman commence par une belle description de la nuit en Auvergne, dans ces campagnes où la nuit est vraiment noire et où le silence règne. Bon, ça commençait bien…puis les choses se sont gâtées…

D’abord j’ai été très dérangée par la forme : pas de chapitres, des phrases à rallonge allant parfois jusqu’à une page, des énumérations de mots collés sans virgule…Bref, je n’ai pas aimé cette écriture difficile à suivre si on n’est pas concentré à 100% sur le texte… Au bout de 50 pages, j’avais envie de laisser tomber…mais j’ai tenu bon ! Aussi, le vocabulaire utilisé est aussi très soutenu, mais cela n’est pas un problème (même si je devais chercher la définition d’un mot toutes les 10 pages !)

Après la forme, le fond : l’éditeur présente le roman en disant des personnages que c’est « leur rencontre et leur histoire. C'est une histoire d'amour. ».
« Histoire d’amour » ? C’est un grand mot : une fois le livre fini on ne sait pas si Paul et Annette s’aiment ! Rien n’est dit sur leurs sentiments…On a finalement l’impression qu’ils s’habituent l’un à l’autre pour ne plus être seul… Par contre l’amour de la mère pour son enfant est indéniable.

« Leur rencontre, leur histoire » ? Le roman est une enfilade sans fin de souvenirs, d’impressions ou encore de descriptions des personnages qui s’imbriquent les uns dans les autres au point de ne plus savoir où on en est…On apprend finalement peu sur les faits, il ne se passe quasiment rien… Le moment dans le temps est aléatoire on passe du moment présent au passé par des souvenirs voire même au futur quand le narrateur relate des événements ayant lieu le « 2e été » par exemple…Il n’y a pas un seul discours, le narrateur plus qu’omniscient (si cela est possible???) débite des points de vues acerbes sur ce monde agricole et jugeant sans cesse les personnages. Et finalement c’est ce qui m’a le plus dérangé : ce point de vue très négatif, très noir, très pessimiste sur le monde agricole. Les agriculteurs auvergnats y sont décrits comme des rustres, vivant toujours à l’ancienne, ancrés dans leur passé, n’acceptant pas les « étrangers », par étrangers il faut entendre ceux qui viennent d’ailleurs mais aussi les étrangers dans le sens propre du terme. Le monde décrit est un monde fermé sur lui-même…

Je pense sincèrement que ce temps est fini : ce monde agricole est celui que j’ai connu il y a plus de 20 ans…ce genre de personnes reste anecdotique et sincèrement les Auvergnats sont plutôt des gens ouverts et généreux !

J’ai cru un moment que l’auteur était une parisienne (vous savez, ces « parisiennes » qui jugent et dénigrent sans connaître les tenants et les aboutissants) qui avait gardé un mauvais souvenir du Cantal mais apparemment elle connaît bien le Cantal…Je m’excuse au près d’elle mais je n’ai pas aimé son livre qui donne à mes yeux un point de vue dépassé sur l’Auvergne. A la fin du livre, on est très frustré parce qu’après 200 pages on n’en sait pas vraiment plus sur ce couple…

Non, je n’ai pas aimé ce livre et je ne vous le conseille pas…
Bien sûr, cela reste mon humble avis (par définition très subjectif), si vous l’avez lu je serais très curieuse de savoir ce que vous en avez pensé !

Pour en savoir plus sur l'auteur; c'est ICI

samedi 2 janvier 2010

Parce qu'il ne neige pas qu'en Auvergne #2

Aujourd'hui est notre 3e grosse chute de neige de l'hiver... Très rare chez nous...aussi bien en quantité qu'en régularité...


Mais je vous rassure, le soleil est sorti cet après-midi et tout a pratiquement déjà fondu...cela promet une magnifique patinoire pour demain...
Juste une petite vidéo pour les sceptiques: oui il neige parfois en Normandie!!!

video

BIBimage

Pour très bien commencer l'année, je vous présente un blog que j'adore et qui me fascine: Blog BIBimage.

Ce blog est tout simplement un hymne à la publicité Michelin et donc par définition à toutes les déclinaisons de Bibendum...

L'auteur est un collectionneur qui souhaite faire profiter sa collection et ses petits trésors aux amateurs de belles images, affiches, vieux livres, cartes, etc...

Ce que j'aime par dessus tout c'est l'idée de partage, on se croirait dans un musée... Un vrai bonheur pour l'amoureuse de Bib que je suis!!!! L'esthétique, les univers et les thématiques des dessins publicitaires de Michelin d'avant guerre m'émerveillent tout particulièrement....



Un exemple parmi tant d'autres: (Cliquer sur l'image pour la voir en contexte)

Guide Michelin - guides illustrés des champs de bataille - La Somme

Merci pour ce magnifique blog qui vaut vraiment le détour, surtout si vous aimez la pub en général!

Je persiste en signe : j'aurais pu intituler mon blog "Clermont Mon Amour, Bib Mon Amant..."

vendredi 1 janvier 2010

2010

Photo prise par mes soins à Gannat, Allier
Si seulement 2010 pouvait être l'année de mon retour en Auvergne...

The Blues in Clermont-Ferrand